HistoireDuShiatsuYin

HistoireDuShiatsuYin

HISTOIRE DU SHIATSU YIN

  Le Shiatsu Yin, ou l’Art de la tonification générale selon son initiateur, Nobuyuki TAKEUCHI, médecin et fondateur de la clinique « Akahigedo » à Tokyo.

Les concepts de l’Énergétique Orientale reposent depuis le XIIIe siècle avant l’ère chrétienne sur la notion d’énergie. La pensée taoïste expose les lois de l’Univers, réunit toutes les dimensions de la vie et explique les forces énergétiques auxquelles l’homme est assujetti en s’appuyant sur la trilogie : Ciel-Terre-Homme.

Selon TAKEUCHI Senseï, la santé n’est pas uniquement l’absence de maladie, mais une attitude positive et créatrice à l’égard de la vie. C’est l’aboutissement d’une recherche d’harmonie.

Située au centre de la vie, la fonction respiratoire devient l’axe du corps et de l’esprit, de l’unité desquels jaillit l’intuition créatrice, l’expression spontanée et l’harmonie du mouvement.
Ainsi, en Shiatsu Yin, rien ne peut se concevoir en dehors de la respiration, et aucun travail ne saurait être abordé sans que la respiration ne soit prise en compte !

C’est dans sa clinique « Akahigedo » à Tokyo que Maître TAKEUCHI élabora le Shiatsu Yin.
Aka-hige signifie littéralement « Barbe rousse ». C’est le pseudonyme d’un guérisseur japonais de l’époque Edo (1616-1867) dans un film d’Akira KUROSAWA. À cette époque, seules les classes privilégiées pouvaient bénéficier de soins médicaux. Akahige prélevait donc de forts honoraires auprès des plus nantis dans le but de permettre aux plus démunis d’accéder à ses soins.
Le « Do » présent dans « Akahige-Do », n’est pas celui qui signifie « la voie », comme dans Judo ou Aïkido, mais celui qui signifie « le cercle », « la communauté d’esprit ». Le choix de cet idéogramme reflète l’esprit de travail développé au sein de la clinique « Akahigedo ».

Au quotidien d’un travail de plus de 30 ans, d’interrogations en réflexions, Nobuyuki TAKEUCHI, a été peu à peu, par le fruit de son expérience, amené à reconsidérer la « mécanique humaine ». Dans un domaine très pointu, alliant le diagnostic oriental à l’acupuncture, à la moxibustion, à la pharmacopée, à la diététique, aux exercices de santé et aux massages, le Shiatsu Yin trouva une place de choix dans le cadre de la prévention de la santé.

Le point de départ des recherches de TAKEUCHI Senseï fut le postulat irréfutable que l’homme est un quadrupède, et que bien qu’il se soit érigé au fil des ères et des transformations de la vie, ses comportements mécaniques fondamentaux n’en restent néanmoins pas ou peu changés, et depuis la nuit des temps, il coordonne toujours ses mouvements en diagonale ! C’est cette notion qui fut déterminante dans l’étude des relations de similitudes de tout ordre entre les différentes parties et les différentes composantes du corps : organes, méridiens, parties supérieures et inférieures, antérieures et postérieures.

Les fruits de ces années de recherche et de travail aboutirent à une méthode basée sur l’Énergétique Orientale, mais présentant néanmoins un fabuleux raccourci : la théorie de la relation triangulaire par similitude. Couplée à la respiration, indispensable maillon d’un travail efficace, cette méthode permit d’accéder à la profondeur.

Le Shiatsu Yin, de par cet aspect, est donc par définition un Art de la tonification

EXEMPLE DE CAS EN SHIATSU YIN

En octobre 2013 ALX, une femme de 29 ans me téléphone pour une grosse crise de lombalgie. Après un bilan, je constate que sa zone sacro-lombaire est intouchable en raison de la douleur.

Dans un premier temps j’ai voulu travailler en correspondance haut / bas en « passant » par les épaules et omoplates, mais impossible trop douloureux.

Je me suis dit que si je faisais une correspondance haut/bas et derrière/devant en travaillant sur le thorax par le méridien du Rein j’arriverais peut être a quelque chose, mais là encore impossible de mettre un doigts sur le méridien.

Après réflexion j’ai repensé aux pieds avec la Projection du rachis dans le pied (cf. 22). Là enfin c’était plus accessible au niveau du 5ème métatarse, j’ai donc équilibré les deux points qui correspondaient à celui de la zone sacro-lombaire, puis le gros orteil et le petit pour les cervicales et les épaules. Je suis remonté à la tête pour faire une belle ouverture des épaules et petit équilibrage du méridien du rein (points sur le thorax).

J’ai demandé à ALX de bien vouloir se mettre en décubitus ventral, équilibrage des points 20 et 21 du méridien de la Vésicule Biliaire afin de détendre la nuque et les épaules, décollement des omoplates, équilibrage des 5 sacrés. Cette séance a duré au moins une heure trente, mais au final j’ai pu « tapoter » son bas du dos.

 Janvier 2014, Melle G a pris un ballon de volley dans la tête au niveau de l‘oreille droite, depuis elle avait des maux de tête, douleurs à l’oreille quelque temps après des vertiges sont apparus. En février de grosses fatigues surtout le matin mais en forme en fin de journée et depuis début septembre les cervicales se bloquent. C’était au point où cette jeune fille (17 ans) passait des journées au lit sans pouvoir aller à l’école et ne pouvait plus faire de danse.

Je suis parti du principe des 5 piliers pour préparer mes séances (Poignés / Cheville / Nuque). Si un des piliers a été touché, comme c’était le cas avec la nuque, je suis allé au plus distal en passant par les chevilles, puis les poignés revenir sur les orteils tout en travaillant en croisé pour finir sur la nuque.

Au bout de 3 séances tout est rentré dans l’ordre, elle a même repris les cours de danse.